Même le désert peut reverdir

aoû 24, 2015 / 0 comments

Nous sommes partis à trois de Grenoble, en octobre 2014, pour rejoindre le mas de Beaulieu, le domaine de La Blachère en Ardèche. Cette propriété de l’association «terre et humanismes» fondée par Pierre Rabhi en 1993, accueille une dizaine de bénévoles par semaine et une quinzaine de stagiaires. Pour moi, cette semaine a été exceptionnelle !
 

Avec moi, il y avait Jean Marc Durand et Sylvain Terazoni, qui a fait un reportage en dessins et croquis (ci-contre). Nous avons choisi d’y aller en tant que bénévoles afin d’aider à toutes sortes d’activités : l’organisation de la semaine, le ménage, l’aide à la préparation des repas, les réparations, et bien sûr, le jardinage. Cela nous a coûté 4 € par jour pour les frais de nourriture. De notre côté, nous avons obtenu une aide de 400 € du FSIH (1) qui nous a permis de payer le voyage. Sans cette aide, nous n’aurions pas pu réaliser ce projet étant tous les trois aux minima sociaux. 
L’objectif pour nous était de découvrir l’agro-écologie (2) et la permaculture (3) : comment par exemple les plantes s’enrichissent et se protègent les unes des autres. Depuis, je suis passionné par l’agro-écologie, les fermes urbaines, les ruches en ville, je me documente et je me prépare à y retourner dès le mois de mai. J’ai beaucoup aimé l’ambiance qui était familiale. 
Nous avons choisi nos dates afin de tomber pendant l’anniversaire des 20 ans de la création de ce lieu. Il y avait une énorme fête. Pierre Rhabi a fait un discours très intéressant. Il explique bien ce qui se passe au niveau planétaire (la surproduction, la disparition des petits producteurs…). Nous l’avons enregistré pour le montrer en vidéo dans notre quartier. L’image n’est pas très bonne mais le son est excellent. Il a dit : «On est partout en train d’assassiner la terre.» ou «La nature n’a pas besoin de nous mais nous, oui, nous dépendons d’elle». Mais il est resté néanmoins positif, confiant dans la coopération entre l’homme et la terre. Même le désert peut reverdir comme en Somalie ou son association fait des choses remarquables. En 1994 le mas de Beaulieu n’était que pierres et désert (la roche n’est qu’à 20 centimètres du sol). Aujourd’hui, c’est un lieu très fertile.

Texte par: Pierre Balland
Illustration par : Sylvain Terazoni
Vous souhaitez soutenir cet article et lui permettre de gagner le prix du jury de notre concours ? Votez dans ce sondage !

1 Fonds Social Initiative Habitant de la maison des habitants du vieux temple
2 Etude des composant de la terre agricole
3 La nature s’autorégule

Comments (0)

Leave a comment

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.